fbpx

Archives de
Mois : avril 2018

Une aventure avec Stasia

Une aventure avec Stasia

Aujourd’hui, après des semaines et des mois de silence, je voudrais vous parler d’une très belle expérience que j’ai vécue en ce début d’année.

Ma tenue préférée pré-SSS (Stasia Style School)

Cela faisait des années que je rêvais d’un relooking. J’ai été attentive à l’expérience de mes copines qui en ont fait un, j’aimais aller aux séances relooking maquillage ou coiffure proposées par des professionnels… Mais pourquoi ? m’a demandé une amie. En fait, j’avais envie qu’on me dise si ce que je mettais correspondait  à mon corps, que c’était bien mes couleurs…

Sur Instagram, en suivant des couturières, j’ai découvert une femme, Stasia (sur Instagram @stasiasavasuk), qui propose un cours de relooking en ligne, ou plutôt une “école de style” comme elle dit. J’ai fouillé et cherché des informations (je suis comme ça pour tout, donc ce n’est pas une surprise :-)), déjà attirée par le concept, je voulais en savoir plus sur qui était Stasia et les retours de celles qui avaient suivi son cours mais j’ai eu du mal à trouver beaucoup d’information en fait. Le peu que j’ai trouvé m’a tout de même séduite.

Début janvier j’ai découvert qu’elle proposait une session pour mi-janvier. J’ai cherché les informations, me suis inscrite à la newsletter pour recevoir exactement la date d’inscription. Et puis j’ai reçu deux ou trois newsletters où Stasia expliquait le principe de son cours, donnait un aperçu de son travail… Alors je lui ai écrit pour lui dire que j’aimerais bien tenter l’aventure.
Elle m’a répondu tout de suite, on a échangé un peu, et dans un autre mail elle m’a donné le prix aussi. J’avoue que ce dernier “détail” m’a refroidi…. Je lui ai dit et elle a très bien compris mon “souci”.

Quelques jours ont passé, mais cette idée tournait toujours dans ma tête. J’étais sûre, ce ne serait pas pour moi, en tout cas pas maintenant.

Mais je continuais de recevoir les mails ou elle promouvait son cours, en précisant qu’il restait quelques places, que le cours commençait le lundi suivant… Et là, sur un coup de tête, j’ai signé, je me suis inscrite. Je n’ai pas réfléchi aux 5 semaines de travail à fournir avec le groupe, ni comment ça s’organisait exactement, j’ai plongé. Et je n’ai rien dit à personne, un peu honteuse d’avoir dépensé cet argent dans un cours de style…

Le we avant ce lundi, nous avons reçu un livret hyper complet expliquant le fonctionnement du cours et le contenu de la première semaine.
Stasia met en place un groupe privé (ou deux) par session, où une trentaine de femmes de tous âges et toutes tailles viennent échanger quotidiennement pendant la durée de ce cours. Elles étaient toutes américaines et australiennes. Notre effigie était Frida Khalo. Nous étions des Sisters (Sœurs).
Nous avons sortis nos télécommandes de téléphone/appareil photo, nos pieds photos ou nos perches à selfies, et trouvé les meilleurs lieux pour prendre notre première photo. Notre première publication devait être notre tenue préférée et surtout de dire comment nous nous sentions dans cette tenue.

Cette question du sentiment sur nous-même a été au coeur de ce cours. Sachez d’ailleurs avec raison que “confortable” n’est pas un sentiment 😉 allez chercher plus loin !! (si vous cherchez une liste pour vous aider à poser des mots sur vos émotions et sentiments, découvrez ce génial podcast en français qui porte parfaitement son nom et pourra vous aider dans la continuité du travail dont je parle ici. En s’inscrivant à la newsletter, on reçoit un livret qui contient une superbe liste de mots à mettre sur nos sentiments : Change ma vie) D’ailleurs si un vêtement n’est pas confortable, il ne devrait pas être dans notre garde-robe !

Donc la première semaine, hormis des exercices à faire de notre côté, nous avions chaque jour une chanson et son clip pour nous inspirer et nous habiller le matin. (Nous avions la liste dès le dimanche). Le premier jour je me suis faite avoir, alors dès le lendemain, j’ai passé une demie-heure la veille à préparer ma tenue.
Nous devions nous dépasser, nous habiller avec ce qui était dans notre penderie mais choisir une combinaison jamais portée avant !

Dès le lundi midi, Stasia proposait une vidéo en direct où elle parlait de son cours, de ce qu’elle nous proposait, des conseils pour mieux faire les exercices… Dans ces exercices de première semaine, nous devions écrire notre histoire de l’habillement, demander à nos proches et moins proches des mots pour nous définir, réfléchir à ceux que nous aimerions pour nous définir, et de tout ça définir nos mots totems, nos mots forts. Ces mots devaient être des sentiments.
Pour la plupart d’entre nous, ces mots ont évolué jusqu’à la fin du cours et continuent de le faire. A l’issue du cours, ils sont nos guides, nos mantras.
Cette première semaine, Stasia nous expliquait aussi un concept qu’elle a appelé “Jiblets” : Ce sont toutes ces pensées négatives sur notre corps ou nos vêtements “cette tenue te grossit”, “on voit tes grosses cuisses”, “ça te vieillit”…. Elle nous a expliqué que finalement ce n’était que des pensées et qu’avec toutes les informations que nous allions collecter pendant ce cours et les retours, le regard de nos “Sisters” et le notre sur nos photos, ça nous aiderait à savoir quand ces pensées ne sont que des pensées. (je radote, mais je ne peux que vous conseiller d’écouter le podcast Change ma vie et particulièrement cet épisode si vous avez 15mn et que vous êtes près à faire changer votre vie 🙂).

La seconde semaine nous avons travaillé à mettre en avant une partie de notre corps dont nous étions fières !
Ce fut l’occasion de pendre nos mesures et d’avoir le courage de nous montrer en petite tenue ou en tenue la plus moulante possible pour que Stasia nous aide à définir la forme de notre corps. En utilisant un vocabulaire tiré de la géométrie elle a pu nous conseiller pour équilibrer notre corps en choisissant les vêtements et formes de  vêtements adéquats. Elle a aussi insisté sur le fait que nous n’avions pas une partie plus grosse qu’une autre ou qu’il ne fallait pas utiliser des adjectif qualifiant mais être le plus factuel possible.
Elle a également été claire sur plusieurs chose : apprendre à dire merci.
Si l’une de nos soeurs nous faisait un compliment, il fallait dire merci et apprécier, ne pas dénigrer.
Ne pas se dévaloriser et aller chercher le positif, toujours. Embellir notre corps, en tirer le meilleur profit et apprendre à l’aimer, en prendre soin pour ce qu’il est. Statia parle aussi énormément du fait que l’on doit se faire confiance, que l’on se doit d’être bienveillant avec nous même, que l’on doit, chaque jour, continuellement entraîner ce muscle qui est notre cerveau à nous regarder et accepter notre corps, celui qui est chaque jour avec nous. C’est un travail énorme mais tellement important pour nous comme nos filles et nos fils !!!!

Pendant 5 semaines nous avons utilisé le vocabulaire de la géométrie pour parler de notre corps, nous avons proposé des options, fait des challenges pour que les unes et les autres expérimentions d’autres options de tenues, utilisions d’autres accessoires… Pendant 5 semaines nous avons regardé nos corps avec attention et bienveillance. Et ça, c’est juste magique. J’ai appris à vraiment me regarder dans une glace, à apprécier ce que je voyais et à essayer des expériences, encore et encore.

Très vite après la première semaine, j’ai pu sentir un déclenchement.
Chacune est allée à son rythme, chacune a choisi d’y mettre l’investissement qu’elle avait envie de donner.
Pour ma part, j’ai tout donné. J’ai mis en pause plusieurs choses du quotidien pour m’y consacrer à fond. J’ai ressenti une énorme fatigue les trois dernières semaines. Mais j’ai été heureuse de tout donner.
J’avais investit cet argent et au début, je voulais en avoir le maximum, mais ensuite je n’y ai plus pensé, j’ai juste voulu en tirer le maximum pour moi même. J’ai manqué 2 ou 3 jours seulement sans poster une photo de moi sur le groupe pendant ces 5 semaines. J’ai donc du trouver du sens à ma tenue, différente chaque jours, la regarder, me regarder dans la glace, me prendre en photo et en discuter avec mes Sisters, toutes toujours plus encourageantes chaque jour. Et ce pendant 5 semaines !
Être ensembles, nous soutenir, partager, ce fût un des énormes point fort de ce temps. Nous l’avons toutes noté en fin de session.

J’avais déjà fait du chemin, mais j’ai vraiment appris à aimer mon corps, à m’aimer. Je me suis offert de la force, je me suis trouvée forte. Forte de ce corps que chaque jour j’ai paré, ce corps avec lequel je partage cette vie chaque jour depuis plus de 35 ans. Ce corps qui vit tout au même rythme que mon âme, qui me porte, qui me donne des sensations, mon plus fidèle ami 😉 (bon, je vais être honnête, comme le dit Stasia, c’est un boulot du quotidien, ça ne s’arrête jamais.

Stasia parle du fait que ce cours nous permet l’harmonie entre notre être intérieur et notre être extérieur (inside-out congruancy). Chaque jour nous avons pu éxprimer par nos tenues, notre corps paré, ce que nous ressentions. Parfois une tenue entraînait un sentiment que nous ne voulions/souhaitions pas accepter, ou plus simplement qui ne correspondait pas à ce que nous ressentions au dedans. Parfois une tenue nous poussait dans nos retranchements, si elle exprimait trop bien ce que nous sentions, nous pouvions nous sentir trop nue face aux autres, et c’est là que nous avons du travailler. Il a fallu se regarder dans la glace et essayer encore et encore un haut rentré dans une jupe ou un jean, accepter une taille, un décolleté, le brillant d’un collier, l’attrait d’un rouge, et se rendre compte le soir que parfoit il fallait juste s’y habituer. Nous avons toutes pu nous rendre compte que finalement personne n’allait se retourner sur nous et nous pointer du doigts car nous nous étions mises en lumière, et que finalement c’était agréable ce rouge à lèvre, que cette veste courte nous rendait bien belle en marquant notre taille, que ces bottes rouges étaient juste parfaites pour refléter notre sentiment de créative…. On fait travailler nos muscles du cerveau à sortir encore et encore de nos zones de confort et à apprendre à les apprécier, à arrêter de se cacher dans nos vêtements.

La troisième semaine nous avons travaillé les couleurs et la quatrième les accessoires. La cinquième était la semaine challenge de vider nos placards à la lumière de tout l’enseignement reçu pendant ce cours.
Dès la première semaine Stasia nous a sorti son arme magique, les vêtements de seconde main ! Elle nous a engagé à aller avec 20€ faire les boutiques de fripes pour essayer, tester, quitte à se tromper pour une somme modique ! Nous avons donc expérimenté les séances photos dans les cabines d’essayage, les trésors de fripes, les mauvaises trouvailles et surtout tous les conseils et le soutien avisé de nos soeurs !

Au fil de ces apprentissages, de cette découverte de nous-même, Stasia a de multiple fois précisé que toute règle est faite pour être brisée, et que la meilleur tenue qui soit est celle dans laquelle on se sent le plus proche de ce que l’on est. Qui si l’on se sent forte, courageuse, authentique… on se fiche que cette robe ne respecte pas la ‘bonne’ forme suivant celle de notre corps, que cette couleur ne soit pas celle de notre palette… que finalement, l’idée est de se trouver ! et d’être nous-même !

Ce chemin a été fort pour moi.
Je partais avec des envies de conseils de vêtements, que j’ai trouvé, mais j’ai surtout trouvé de la force, du pouvoir, de l’authenticité. J’ai pu regarder comment j’en suis arrivée à ce rapport avec mon corps, ou en tout cas avec une bonne idée. J’ai pu me dire que peut-être un jour je perdrai mon ventre,  mais qu’en attendant il est là, et que le cacher ne fera que le mettre plus en valeur. Alors j’ai pris confiance et j’ai assumé par mes vêtements ce que je suis, comment je me sens, forte, authentique, créative, formidable (badass) et sexy ! Et chaque jour je continue à me regarder, à essayer et à me demander comment je me sens 🙂