fbpx

Archives de
Catégorie : Ma garde-robe

#memademay2020

#memademay2020

Un challenge annuel de la communauté couture

Chaque année depuis plusieurs années, sous l’impulsion de Zoé du So,Zo blog, on peut retrouver le mouvement du #memademay : le mois de mai en “fait par moi”.

Chaque personne créatrice de vêtements peut l’interpréter à sa manière et proposer ce challenge à sa façon. Porter ce qu’on l’on a cousu mais qu’on ne porte jamais, ne porter que du fait main, une seule pièce, tout ce qu’on avait à réparer…

Cette année j’avais comme chaque année envie de participer. Mais cela demande un rythme et une organisation et souvent j’ai peu partagé, je n’ai pas réussi à être régulière.

2020 à Sherwood

Cette année, avec le confinement, mon quotidien m’a permis de le faire.

J’ai mis mon trépied près de la porte d’entrée, repéré les moments de la journée où c’était plus facile avec le soleil et les coins du jardin adéquat aux prises de vues.

Et au moment du café ou avant le dîner je prenais le temps d’éditer la photo et mettre un commentaire.

Je n’ai pour ma part pas pris d’engagements particuliers et me suis lancée avec l’idée de simplement mettre des vêtements faits main.

Bon, j’avoue que pour moi ce n’est pas très compliqué, rares sont les jours où je n’en porte pas l’année durant.

Pendant le début du confinement je prenais un pull et un jean et ils me faisaient la semaine, j’étais habillée et pas en pyjama, donc en “position” pour être disponible, efficace et/ou présente à mon quotidien.

Un défi bénéfique pour ma créativité et mon moral

Finalement avec ce défi de mai, je me suis poussée à explorer ma garde-robe, à ressentir la façon donc je voulais me sentir pour vivre ma journée, essayer de nouveaux assemblages de tenues et puis j’ai inauguré des vêtements car j’ai pas mal cousu, j’en avais besoin. Pas forcément de nouveaux vêtements, mais de coudre 😉

Surtout que c’était des projets que j’avais en tête depuis longtemps. Je ne lâche jamais les projets, je ne m’en lasse pas avec le temps, alors imaginez le remplissage de ma tête 😉

J’en ai profité pour me replonger dans l’application Trello que j’avais installée il y a quelque temps, utilisant les conseils de Camille une des créatrices de Deer&Doe.

J’ai pu assembler des coupons de mon stock avec des patrons, les couper, les coudre et les porter !!

Une amie me demandait à la suite de ce mois de publications si réfléchir à m’habiller le matin n’était pas un choix de plus, lourd à porter, une charge en plus. Et comme le montre mon choix du pull-jean de début de confinement, c’est clairement un choix en plus. Mais ce n’était pas une charge pour moi.

Cela m’a poussée à réveiller ma créativité et l’attention que je me portais. Ce me fut bénéfique, vraiment, même si je comprends que ce choix quotidien puisse être une charge, un stress pour certains.

Envisager chaque matin la façon dont je veux me présenter au monde, choisir l’énergie que je veux donner à ma journée, définir la façon dont je suis et l’assumer, c’est aussi l’essence de ce qui me porte.

C’est une partie du travail que je vais proposer dans mon prochain cours en ligne disponible aux alentours de la rentrée de septembre 2020 !

Alors restez dans le coin 🙂

Et merci de m’avoir suivie et accompagnée durant ce mois de mai, votre enthousiasme et votre présence m’ont soutenue !

Vous retrouverez le détail de chaque tenue sur Instagram dans mon fil d’actualités ou en “stories” permanentes sous #memademay2020.

Byrdie, la chemise testée pour Pattern Scout

Byrdie, la chemise testée pour Pattern Scout

Le test

Cela fait quelques mois maintenant que j’avais envie de tester un patron.

Tester un patron c’est travailler avec une créatrice de patron en amont de sa sortie, réaliser le patron à la lettre, faire des feed-backs à la créatrice, refaire, échanger avec les autres testeuses…

Je sais qu’il existe plusieurs “techniques” de tests, plusieurs façons de procéder.

En général on reçoit le patron finit gratuitement en remerciement et souvent les créateurs partagent les créations de leurs “testeuses”, c’est une bonne façon au lancement de voir le patron sur différentes morphologie, avec différents tissus, et c’est aussi probablement une façon pour les testeuses d’être publié en plus.

J’ai parfois postulé pour des patrons qui me plaisaient moyennement mais dont j’aimais vraiment les créateurs, et parfois pour un patron qui était un coup de coeur.

Mais jusqu’à ce mois de décembre, je n’avais jamais été prise, et en fait, tant mieux !!

Je suis Casey sur Instagram depuis quelques mois et j’adore sa façon de partager le processus de ses créations, ses essais de transformation d’un patron de manteau en doudoune ! Les différents patrons de jeans, et enfin ses patrons !

Et elle a commencé à parler d’un patron de chemise, et moi j’adore les chemises. Alors j’ai tenté l’aventure du test. J’avoue qu’un email perdu a failli me faire manquer l’aventure mais Casey a été adorable et j’ai rejoins le groupe sur Slack, une plateforme de projet. Nous avons partagé et fais nos retours sur la découpe/assemblage du patron, les détails sur les planches, la toile, l’acuité des points d’assemblage des différents pièces, la faisabilité des instructions et enfin le “fit”, comment nous allait ce patron.

D’ailleurs si vous lisez l’anglais, Gillian a fait un article suite à un sondage sur les tests, c’est assez intéressant.

Alors mon point négatif ? La pression que le timing m’a donné. Nous avions plus de deux semaines pour réaliser ce projet et le temps était assez large, mais je me suis mise la pression comme une folle et en cette période avant les fêtes, j’étais déjà au max, de ce point de vue perso ce ne fut pas très agréable.

Il y avait des débutantes, des pros et chacune a pu donner son point de vue. Casey était attentive, à l’écoute et a très bien géré les soucis rencontrés pour proposer un patron final au top !

C’est aussi pour cela que je ne suis pas dans l’article des testeuses car mon rendu final est arrivé trop tard 😉

Mais le voici !!

Le patron

Alors déjà le patron : c’est une chemise à pinces poitrine avec possibilité de robe, on retrouve tous les codes de la chemise, boutonnière, col avec pied de col, pâte de boutonnage au poignet et pli d’aisance au dos.

En option Casey a proposé un modèle à plis. Il y a surement un nom particulier à ce détail mode mais je ne le connais pas. N’hésitez pas si vous avez l’information !

Casey est à fond sur ce projet et a réalisé un grand nombre de prototypes, elle a commencé à proposer un pas à pas en photo sur son blog et a déjà plein d’idées de “hack”. Elle a d’ailleurs déjà réalisé l’option avec un empiècement dos, un des codes de la chemise !

Au départ j’avais dans l’idée de réaliser la robe en velours milleraies vert forêt. (d’ailleurs l’une des testeuses l’a très bien fait !)

J’ai réalisé la toile dans un tissu un peu rigide et là j’ai déchanté. Comme les jupes midi, ce style n’est absolument pas pour moi…

Je me suis donc rabattue sur la chemise, et même si les plis plus sont sympa, j’ai fait classique.

Pour la taille, je suis entre 12 et 14, et un brin au dessus du bonnet B, j’ai donc fait un 12 bonnet C (oui Casey a inclut bonnets B, C et D directement dans le patron !! Avec toutes les informations pour choisir exactement sa taille.)

J’étais un peu juste sur la toile mais comme j’ai utilisé une double gaze, je suis restée sur cette taille, surtout que Casey ajouté de l’aisance au niveau de la poitrine exactement où il fallait.

Ma réalisation

Ma réalisation a été faite avec le patron final.

Pour le tissu, c’est un coupon Les Coupons de Saint Pierre de 3m de double gaze de coton gris souris triste. Il est resté un certain temps à attendre que je le couse mais la couleur était tellement triste ! Alors je l’ai teint sur un coup de tête un jour en mixant deux couleurs, en mode “je n’ai rien à perdre” !! Et je l’adore !

J’en suis enchantée par ma réalisation. Les épaules et les pinces tombent parfaitement, le col se fait très bien, je n’ai pas été déçue par la double gaze qui n’a pas doublée de volume 😉 Tout est très bien expliqué dans le livret, parfait pour quelqu’un qui n’a jamais tenté les chemises. Tout tombe parfaitement. Je précise juste que c’est en anglais !

J’ai ajouté un détail au col, un coton ethnique marron/beige pour un petit coup de peps en plus.

Dans ma garde-robe

J’ai fait des photos avec plusieurs épaisseurs de mon dressing pour différents styles (sans être révolutionnaires) et vous montrer comment elle se marie bien avec ma garde robe actuelle !

Je vous la propose donc avec mon gilet Léon de La poule à petit pas en laine drops Andes. (ma réalisation sur Ravlery)

Vous la voyez aussi avec mon pull il grande favorito d‘Isabell Kraemer en laine drops également.

Et enfin avec une de mes dernières réalisations, ma veste Barbara de République du Chiffon, en velours côtelé forêt des Coupons de Saint Pierre et un coton des tissus de la mines à Angers.

J’ai déjà porté cette chemise plusieurs fois et elle est top.

Je pense qu’elle va faire partie de mon lot gagnant de patron chemise, car les pinces poitrine tombent juste parfaitement !!!

Alors qu’en pensez vous ?

Et vous, vous avez déjà réalisé des tests ? Ça vous tente ?

English

The test


It’s been a few months now that I wanted to test a pattern.

To test is to work with a pattern designer before it’s released. You have make it following all the steps as written, to give feedback to the designer, to redo , discuss with other testers …

I know that there are several “techniques” of tests, several ways to proceed. In general as the a thank you we receive the pattern for free and often the pattern designer share the creations of their “testers”, it is a good way to launch the pattern on different body shapes, with different fabrics, and it’s also probably a way for testers to get published in addition.


I sometimes applied for patterns that I liked moderately but of which I really liked the designes, and sometimes for a pattern who was a favorite. But until December, I had never been taken, and in fact, so much the better !!

I have been following Casey on Instagram for a few months now, and I love her way of sharing the process of her creations, her attempts to transform a coat pattern in a down jacket! The different jeans patterns she tried, and finally her patterns!

She started talking about the shirt pattern, and I love the shirts. So I tried the adventure of testing. I admit that a lost email almost made me miss the adventure but Casey was adorable and I joined the group on Slack, a project platform. We shared and feedback on the cutting / assembling of the pattern, the details on the pattern pieces, the muslin, the acuity of the assembly points of the different parts, the feasibility of the instructions and finally the “fit”, how this pattern was on us.

By the way Gillian made an article on testing patterns after a test poll on this subject on instagram, it’s quite interesting.

So my negative point? The pressure the timing gave me. Despite everything, we had more than two weeks and the allow time was good, but I put myself under pressure like crazy and on this period before the holidays, I was already at the max, from this personal point of view it was not very enjoyable.

There were beginners, advanced sewers and pros and everyone was able to give their point of view. Casey was aware and managed very well the concerns encountered to propose a final really well made pattern !

Also, this is why I am not in the article of the testers because my final make arrived too late; -) But here it is !!

The pattern

So first, the pattern : it is a button up shirt with bust darts with possibility of dress, you’ll find all the codes of the shirt, buttonhole, collar with collar stand, button placket at the wrist and pleat at the back.

Casey propose as the B view a pleated model. There is probably a particular name for this fashion detail but I don’t know it. Do not hesitate if you have the information!

Casey is fully committed on this project and has produced a large number of prototypes, she started to offer a sew along in pictures on her blog and already has lots of hack ideas. She has already made the option with a back yoke, one of the code of the shirt!

Initially I had the idea of ​​making a forest green velvet dress. (and one of the testers did it very well!) I made the muslin in a slightly rigid fabric and there I was disillusioned. Like midi skirts, this style is absolutely not for me…

So I choose the shirt lenght, and even if the B view is really nice, I made a classic one.

For the size, I’m between 12 and 14, and a bit above the B cup, so I made a 12 cup C (yes Casey has included B, C and D cups directly in the pattern !! With all the information for you to choose your size.)

I was a little tight on the muslin but as I used a double gauze, I stayed on this size, especially since Casey added ease at the bust exactly where it was needed.

My make

My rmake was made with the final pattern.

For the fabric, it is a 3 meters piece of Les Coupons de Saint Pierre coupon of a sad gray color. It stayed a while waiting for me to sew him but the color was so sad! So one day I dyed it on a whim by mixing two colors, in “I have nothing to lose” mode !! And I love it !


I am delighted by my achievement. The shoulders and the darts fall perfectly, the collar construction is really well. And I was not disappointed by the double gauze which did not double in volume 😉 Everything is very well explained in the booklet, perfect for someone who has never tried shirts. Everything falls perfectly. I just specify that it is in English!

I added a detail to the collar, an ethnic brown / beige cotton for a little extra.

In my wardrobe


I made pictures with several layers of my wardrobe for different styles (without being revolutionary) and show you how it goes well with my current wardrobe!

So I suggest it with my knitted cardigan Léon de La poule aux petits pas in Andes Drops wool. (my creation on Ravlery)

You can also see it with my first ever knitted sweater il grande favorito from Isabell Kraemer inDrops wool too.

And finally with one of my latest creations, my Barbara jacket from République du Chiffon, in green forest corduroy Coupons de Saint Pierre and a cotton fabric from Les tissus de la mines in Angers.

I have already worn this shirt it several times and it is great !

I think it will be part of my top 4 shirts patterns, because the bust darts just fall perfectly !!!

So what do you think?

And you, did you already do some pattern tests ? Are you tempted?

Minoru jacket, la veste parka de mes rêves

Minoru jacket, la veste parka de mes rêves

(Note that this article is translated in english at the end of this blog post. And thanks to Valérie for the rereading !)

Je rêvais depuis longtemps d’une veste kaki resserrée à la taille, un peu tout terrain avec un twist féminin.

Minoru Jacket 1 plein pied

J’avais trouvé un tissu parfait chez Sami Tiss. Et j’avais trouvé le bon modèle La Minoru Jacket de Sewaholic Paterns.

Minoru Jacket 2 plein pied

Qu’est-ce que c’est ?

Je ne sais plus dans quel ordre les choses se sont faites, mais je me souviens très bien de l’article d’Helen d’Helen’s Closet et sa vest Minoru qui correspondait parfaitement au look que j’avais en tête.
Ensuite, en cherchant des infos sur le patrons j’ai trouve trois versions que s’inspiraient les unes des autres et qui étaient exactement ce que je voulais :

Une veste qui couvre les fesses, de grandes poches, une taille marquée, une grande capuche et surtout un immense col (j’adore les grands cols et il est parfait avec tous mes foulards !) !

Minoru Jacket 2 plein pied

Je vous renvoie aux articles de Charlie de Noble & Daughter, Kelly de Cutcutsew, et de Lisa de Notes from a made housewife.

Mais cela voulait dire une bonne dose de boulot : un manteau et en plus ajouter une certain nombre de modifications au patron !!

Minoru Jacket 4 plein pied doublure

Doublure de la veste

Les tissus :

 

Alors pour le tissu, j’ai finalement pris un tissu imperméable trouvé également chez Sami Tiss (un destockeur à Angers) que je visite régulièrement. J’avais acheté 10 m de ce tissu pour faire des coussins pour la cabane dans l’arbre des enfants ;-). Finalement il en reste un peu moins ! La couleur est plus verte que vert-de-gris.

Minoru Jacket 5 plein pied doublure

Pour la doublure je retrouvé ce coupon de tissus “chinois”  orangé à motifs de papillons, trouvé au Marché St Pierre à Paris quand j’y habitais encore. J’en suis ravie à chaque fois que je mets mon manteau 🙂

Détail col et capuche

Minoru Jacket plein pied

Découpe et couture :

 

Pour ce projet j’ai fait une toile pour valider la carrure et la longueur (j’ai ajouté 5 cm). Pas de modifications particulière.

J’ai fait une taille 14 en me basant sur mon tour de poitrine.
J’ai été inspiré de peut-être supprimer les fronces au col, mais en fait non et c’est parfait !

Veste de dos

Concernant les modifications :

  • j’ai fait la capuche en trois parties, je trouvais ça plus joli. Je l’ai également doublée.
  • Je me suis inspirée des poches du Kelly Anorack qui venait de sortir quand j’ai réalisé ma veste.
  • J’ai remplacé l’élastique de la taille par un cordon.
  • J’ai utilisé comme Kelly, les poignets du patron de la chemise Archer
  • et j’ai ajouté un rabat sur la fermeture que j’ai fermée avec des pressions

détail de pocheCapuche

J’ai eu énormément de plaisir à coudre cette pièce même si j’ai pris mon temps. J’avais commencé la capuche courant 2017 avant de tout laisser de côté de longs mois. L’arrivée du printemps l’an passé m’a motivée à m’y remettre. Et un voyage à Copenhague m’a bien poussée à le finir. Et j’ai bien fait, je l’ai portée tout du long.
Avec un pull léger dessous en mode coupe-vent ou un gros gilet pour tenir chaud il est parfait !!

Veste de face, présentation rabat

Pour la construction, j’ai suivi les descriptions vendues avec le patron ainsi que le sew along, c’est toujours d’une grande aide de mixer les explications dessinées et celles en photos.

Mais à noter que le tissu “chinois” est très compliqué à coudre. Il s’effile énormément. J’ai donc thermocollé toutes les marges de couture avec un entoilage intissé très léger. Ça n’a pas empêché un bord du col de se défaire ensuite, mais je l’ai repris.

Pour les poignets, je n’avais pas encore fait de chemise donc je n’ai pas apporté toute mon attention à ce projet comme il aurait fallu, d’où cette petite erreur qui rend ma veste encore plus originale ;-).

détail poignets
Qui trouvera l’erreur qui se cache sur cette image 😉 ?

détail poignet

Et j’avais quasiment finit ma veste quand je me suis rendue compte que j’avais mal situé ma taille et que la hauteur à laquelle j’avais mis mon cordon ne me mettait pas du tout en valeur. J’ai laissé traîner et me suis dit que si je voulait vraiment être fière de ma veste et la porter, il fallait que je la modifie. Ce que j’ai fini par faire d’où les petits carrés de cuir pour cacher les premiers emplacement des œillets… Il n’y a pas à dire, la couture me pousse toujours plus à prendre patience et défaire pour refaire !!

détail taille cordon

Ce vêtement dans ma garde-robe :

 

Alors oui, ce projet fut très long ! Mais heureusement pour moi, quand j’ai une idée en tête elle y reste bien bien collée et je ne m’en lasse pas !

Oui, je crois que c’est un des projets dont je suis le plus fière !

Minoru jacket plein pied Copenhague

Et puis soyons honnête, ça en jette de se dire qu’on a fait soit même sa parka 😉

La voici portée à Copenhague en mai 2018, elle était parfaite ! Et depuis je la porte très très souvent ! Adoptée et validéeMinoru jacket portrait Copenhague PEtite Sirène

 

Pour note, sur les photos où je porte un jean c’est mon Ginger jeans, et sur celles où je porte ma chemise c’est ma chemise Archer (article chemises à venir ;-))

Les pressions et oeillets viennent de chez Rascol, installées avec un marteau. La corde et les stop cordons sont de la récupération. La fermeture éclaire vient de chez les Tissus de la Mine à Angers.

 

In English :

I have long dreamed of a khaki jacket tightened at the waist, a little off-road with a feminine twist.

I found a perfect fabric at Sami Tiss. And I found the right pattern : The Minoru Jacket from Sewaholic Patterns.

 

How did it happen ?

I don’t remember in which order I did it, but I remember very well Helen’s Closet’s story of Helen and her jacket, which was exactly what I had in mind. Then, looking for info on patterns I found three versions that were inspired by each other and were exactly what I wanted: A jacket that covers the butt, large pockets, a marked size, a large hood and especially a huge collar (I love the big collar and it is perfect with all my scarves!)! : they were made by Noble Charlie & Daughter, Kelly of Cutcutsew, and Lisa of Notes of a housewife.

But that meant a lot of work : a coat and a lot of changes to the pattern !!

 

Fabrics :

So for the fabric, I chose a  waterproof fabric I found at Sami Tiss (a destocker in Angers). I originally bought  10 m of fabric to make cushions for the kids’ treehouse . There is now a little less left ! The color is greener than green-grey. And for the lining I find this piece of “Chinese” orange butterfly pattern fabric found on the market St Pierre in Paris when I still lived there. I am delighted every time I put my coat

 

Cutting and sewing:

For this project I made a muslin to check the shape and the length (I added 5 cm). No special modifications. I made a size 14 based on my chest measurement. I was was considering maybe removing the gathers at the collar, but in fact I didn’t do it and that’s perfect!

 

Concerning the modifications:

– I made the hood in three parts, I found it prettier.

– I also doubled it. I got inspired by the pockets of the Kelly Anorack which had just come out when I was making my jacket.

– I replaced the elastic waist with a cord.

– I used as Kelly, the wrists from the Archer shirt pattern and I added a flap on the closure that I closed with spring snaps.

– I had a lot of fun sewing this piece even though it took me lots of time.

 

I started the hood in 2017 before leaving it behind for many  long months. The arrival of spring last year motivated me to go back to it. And a trip to Copenhagen pushed me to finish it.

And I did well, I wore it the whole time. With a light sweater underneath in windbreaker mode or a big vest to keep warm it is perfect !!

For the construction, I followed the descriptions sold with the pattern and the sew along, it is always a great help to mix the explanations drawn and those in photos.

But note that the “Chinese” fabric is very complicated to sew. It frays a lot. So I heat sealed all the seams allowances with a very light non-woven interfacing . It did not stop one side of the collar from getting loose, but I (was able to get it back in).

 

For the wrists, I had not made a shirt yet so I did not bring all my attention to this project as it should have been, hence this small error that makes my jacket even more original .

 

Who will find the error that is hiding on this image ?

 

And I had almost finished my jacket when I realized that I had my waist wrong and that the height at which I put my cord did not put me at all in balance. I left it hanging around for a while and thought that if I really wanted to be proud of my jacket and wear it, I had to change it.

What I ended up doing was to use the small squares of leather to hide the first grommets holes … There is no need to say, the sewing always pushes me to be more patient and undo to redo!

 

This garment in my wardrobe:

So yes, this project took a very long time! But fortunately for me, when I have an idea in mind it stays well stuck and I do not get tired!

Yes, I think it’s one of the projects I’m most proud of! And let’s be honest, it makes you think we did even his parka

Here I brought it to Copenhagen in May 2018, it was perfect! And since then, I wear  it very often! Adopted and validated !

 

Notes :

in the photos where I wear jeans are my Ginger jeans, and on those where I wear my shirt is my button-up shirt Archer (article “button-up” to come ;-)) The spring snaps and grommets come from Rascol, installed with a hammer. The rope and the stop cords are salvage from old jacket. The zipper comes from Tissus Mine in Angers.

 

La versatile robe de l’arrière-pays

La versatile robe de l’arrière-pays

Quand j’ai commencé à suivre Meg de Sew Liberated, c’était l’hiver et elle proposait régulièrement des variations de sa robe « Metamorphic ». Cette robe est réversible, sans manches et multi-adaptable.
J’adorais voir Meg utiliser ses différents patrons les uns sur les autres pour adapter sa tenue à ses envies, à ce qu’elle était ce jour-là (elle est également passée par la “Style school” de Stasia dont je vous parlais dans un article précédent). Et quand le patron de cette robe fut sortie au printemps, elle a commencé à nous montrer des variations de son nouveau projet, la “Hinterland dress” ou la robe de l’arrière-pays comme me l’a gentiment fait remarquer une amie germanophone 😉

Hinterland dress façon été 1

Qu’est-ce que c’est ?

Ce nouveau patron fait partie de la “Sedimentary Capsule collection” de Meg.
Cette robe a un corsage à pinces, boutonné sur le devant, une jupe rectangulaire froncée, et en option des liens à accrocher à l’arrière. Il y a 3 versions de manches, sans, manches courtes et manches 3/4. Il y a donc deux patrons de haut l’un pour les manches et l’autre quand il n’y en a pas.

Comme avec la Metamorphic dress, la Hinterland est hyper versatile, et Meg a passé de longs mois à préparer ce projet en coulisses tout en nous donnant régulièrement envie via son compte instagram.
Il y a tant de façons de porter cette robe, manches longues et long gilet, manches courtes sur manches longues, sur un pantalons, sur un jupe…

Hinterland dress façon été 2

Le tissu :

Quand le patron est sorti, j’ai décidé de l’acheter tout de suite et de la faire directement.
Pour ne pas gâcher un tissu de choix, et tout à ma timide entrée dans le monde des robes, j’ai décidé de faire une toile portable avec ce coupon de 3m de chambray de coton rouge des Coupons de St Pierre.
Honnêtement, je ne pense pas que ce soit le meilleur tissu. Quelque chose de plus fluide aurait été plus heureux (et robe non repassée pour les photos, c’est cadeau ;-)).

Hinterland dress façon été 3

Découpe et couture :

J’ai quand même auparavant réalisé une première toile du buste pour faire des essais. Un essai avec une, deux, trois modifications.
Je décidai de tenter un FBA. Un « full bust adjustment », ou adaptation pour poitrine généreuse. J’utilisais la méthode d’Annie Coton et ces deux articles du génial blog Curvy Sewing Collective.
J’arrivai donc à un buste plutôt bien.
Je tentai donc mon tissu rouge.

Pour les boutons, j’avais consulté FB et Instagram, j’avais finalement opté pour les petits boutons de nacre.

J’essaye la robe et là je prends 20kg visuellement…
Le tissu n’est pas assez souple et fluide, je ne suis pas certaine que le haut sans-manches me mette le mieux en valeur et ma taille ne l’était pas assez….
Alors j’ai eu l’idée de faire des pinces poitrine à la taille. Après de multiples essais, je décidai donc que c’était bon !

Hinterland dress façon été 4

Ce vêtement dans ma garde-robe :

J’ai adoré porter cette robe pour sa légèreté, sa praticité… mais j’avoue que j’ai du mal à me trouver jolie et confiante dans cette robe.

Alors j’ai décidé d’imiter Meg et de vous en proposer des versions avec des styles différents.

Hinterland dress accessoirisée façon hiver

Une version très hiver avec un jean, des boots, un long gilet et un grand foulard.
Je me sens très bien comme ça. Une fois encore ce n’est pas hyper flatteur, mais le gilet, malgré son âge, ses bouloches… fait son boulot. Et avec mes bottes et mon ginger jeans, je me sens toujours au top 😊

Hinterland dress accessoirisée façon hiver

Deuxième version automne, un legging, des bottes et une veste en jean !
Celle-ci je l’adore, ça modernise la robe et affine la taille. Malgré l’étroitesse de la veste (vais-je me tenter une Hampton Jean Jacket pour le printemps prochain ??), je pense plutôt porter la robe dans cette version.

Hinterland dress accessoirisée façon automne

Il sera bon l’an prochain de voir pour présenter autrement la robe, de nouveaux accessoires, de nouvelles idées (faudrait-il qu’en plus des pinces j’ajoute la ceinture prévue à cet effet ?)…

Hinterland dress accessoirisée façon automne

Mon homme m’a dit qu’une fois encore ce n’était pas près du corps. Et il a raison, il va falloir que je retravaille tout ça 😉

Donc pour l’instant pas d’autre version en vue. Mais du plaisir à lui trouver ses accessoires de l’automne/hiver 😊

Et pour avoir plus d’inspiration je vous propose de retrouver le challenge #hinterlandsewoff (sur instagram) organisé par Sara du blog The Sara Project et Tori du blog The Doing Things Blog. Elles proposent de poster sur instagram votre version de cette robe. Une que vous avez déjà réalisée ou une que vous allez réaliser. Tout ça pour coudre ensemble cette robe (Sara propose un pas à pas sur son instagram), et Meg vous propose le patron à prix réduit pendant la période du projet ! Tout est expliqué par les filles sur leur blog (liens au dessus), et tout ceci jusqu’au 22 octobre !!

Et vous, elle vous tente cette robe ?

Kalle chemise courte ou le mariage heureux

Kalle chemise courte ou le mariage heureux

chemise kalle de closet clase patterns de face

J’ai craqué sur le patron de cette chemise dès sa sortie.

 

Qu’est-ce que c’est ?

 

chemise kalle de closet clase patterns au sol

 

La Kalle shirt et shirtdress est une chemise large avec des manches kimono et plusieurs options de cols, de fermetures et de longueurs.
Ce patron de l’entreprise de patrons canadienne Closet Case Patterns est donc proposé en trois version, une courte, une chemise/tunique et une robe. Le col peut être classique avec un pied de col ou mao tout simple. Pour le dos vous pouvez choisir entre un pli creux ou un pli plat, et pour le devant de votre chemise ce sera boutonnière apparente ou pas ! Il y a également l’option de mettre une ou des poches poitrine.
Sorti en été, le patron est proposé sans manches. Quelques mois plus tard la créatrice a également proposé le patron complémentaire des manches longues.

J’ai craqué après le patron des manches, je me voyais bien porter la chemise en mode tunique sur un jean slim avec les longues manches.

Et puis le temps a fait que c’est cet été que je m’y suis mise, et qu’entre temps j’ai rencontré Stasia, je vous en parle là 😉. Alors la version courte que je n’aurai jamais envisagé avant était finalement une option largement jouable.

J’ai commencé par mesurer la longueur “courte” qui serait courte mais portable pour moi. J’ai ajouté 10 cm je crois sur le patron et utilisé les lignes pour descendre les découpes.

Le tissu :

chemise kalle de closet clase patterns dans mon jardin

Pour tester ce patron que l’on peut faire dans un tissu qui se tient tout comme dans un tissu très souple, j’ai choisi un mélange de lin acheté chez SamiTiss à Angers près de chez moi.

J’ai tout de suite aimé la fraîcheur de ce tissu, mais les lignes dans l’horizontal m’ont pas mal déstabilisé et je ne savais plus comment l’utiliser. Vu le prix d’achat, je me suis dit que pour une version test de ce patron ça irait très bien !
Bon comme c’est du lin, la découpe n’a pas été aisée, disons que je n’ai pas du tout été attentive aux motifs et particulièrement pour le col, les bords de manches et la patte de boutonnage qui aurait pu être coupée droite, déjà, et ensuite au moins accordée aux motifs des devants.
Bref, ce n’a pas été le cas, donc elle a ce côté un peu approximatif des tissus qui bougent. Je n’ai même pas pensé à jouer avec l’empiècement du dos !

Découpe et couture :

chemise kalle de closet clase patterns dans mon jardin

Pour le choix de la longueur, j’ai commencé par mesurer où se situerait le point “court” portable pour moi. J’ai donc ajouté 10 cm sur la version courte A et utilisé les lignes pour descendre les découpes. J’ai choisi la boutonnière cachée et le col Mao.
J’ai suivi les instructions à la lettre, je n’ai pas eu trop de soucis pour la patte de boutonnage, même si une coupe précise aurait aidé à un travail de précision, mais au final tout est caché donc ça ira. Mais je sais que pour la prochaine, il faudra que je fasse attention à être précise et minutieuse pour que ce soit plus beau.
C’était ma première patte de boutonnage cachée et je crois que je m’en suis bien sortie.
J’ai choisi un ensemble de boutons marrons clairs hétéroclite, mais encore une fois c’était un test et ils sont cachés 😉 Pour tout vous dire, j’ai fait un placement judicieux pour que ça ne puisse pas bailler au niveau de la poitrine et n’ayant pas assez de boutons, je n’ai pas fait la boutonnière au niveau du col ni entre les deux.

Hormis ces petits détails tout c’est très bien passé. Les explications sont impeccable. Comme souvent je profite des sewalong, les pas à pas en photos, proposés sur le site de la marque pour compléter les infos sur les détails techniques, et tout s’est donc très bien passé !

Ce vêtement dans ma garde-robe :

chemise kalle de closet clase patterns dans mon jardin

Dès qu’elle a été finie je l’ai adoptée !
Je l’ai essayée avec un de mes jeans et j’ai trouvé ça sympa, mais j’étais un peu déçue. J’espérais que ça ai plus de classe, là c’était un peu bof…
Et puis avec le temps chaud je l’ai mise avec mon pantalon en lin (patron maison fait et refait depuis plus de 10 ans) et là ça a été la révélation !!!
Je ne sais pas trop comment expliquer le fonctionnement de ces deux vêtements larges ensemble, car je trouve que malgré tout, cela me met en valeur !
Le côté court du haut et ajusté à la taille en bas doivent faire toute la différence.
Depuis je l’ai donc mise au moins une fois par semaine ! Je pense que le test de la chemise courte est positif !

Maintenant je vais voir ce que je vais faire. Vais-je en faire une autre courte, si oui dans un tissu également rigide ou tenter le souple ? Vais-je plutôt m’en faire une version chemise à manches longues ?

J’ai deux tissus fleuris sur fond foncé que j’adore et que j’avais envisagé pour des Kalles courtes. Mais j’hésite. Je penche plus pour la version chemise, mais ce sont des cotons assez rigides…

 

Avez-vous un conseil pour ma prochaine réalisation de ce patron ?
Ou une proposition d’un autre patron de chemise ou haut plus approprié pour des cotons foncés avec de la tenue ?

chemise kalle de closet clase patterns dans mon jardin

Et vous, l’avez-vous cousue et qu’en avez-vous pensé ??
Peut-être même la version robe ?

 

A vous l’antenne !

 

Une aventure avec Stasia

Une aventure avec Stasia

Aujourd’hui, après des semaines et des mois de silence, je voudrais vous parler d’une très belle expérience que j’ai vécue en ce début d’année.

Ma tenue préférée pré-SSS (Stasia Style School)

Cela faisait des années que je rêvais d’un relooking. J’ai été attentive à l’expérience de mes copines qui en ont fait un, j’aimais aller aux séances relooking maquillage ou coiffure proposées par des professionnels… Mais pourquoi ? m’a demandé une amie. En fait, j’avais envie qu’on me dise si ce que je mettais correspondait  à mon corps, que c’était bien mes couleurs…

Sur Instagram, en suivant des couturières, j’ai découvert une femme, Stasia (sur Instagram @stasiasavasuk), qui propose un cours de relooking en ligne, ou plutôt une “école de style” comme elle dit. J’ai fouillé et cherché des informations (je suis comme ça pour tout, donc ce n’est pas une surprise :-)), déjà attirée par le concept, je voulais en savoir plus sur qui était Stasia et les retours de celles qui avaient suivi son cours mais j’ai eu du mal à trouver beaucoup d’information en fait. Le peu que j’ai trouvé m’a tout de même séduite.

Début janvier j’ai découvert qu’elle proposait une session pour mi-janvier. J’ai cherché les informations, me suis inscrite à la newsletter pour recevoir exactement la date d’inscription. Et puis j’ai reçu deux ou trois newsletters où Stasia expliquait le principe de son cours, donnait un aperçu de son travail… Alors je lui ai écrit pour lui dire que j’aimerais bien tenter l’aventure.
Elle m’a répondu tout de suite, on a échangé un peu, et dans un autre mail elle m’a donné le prix aussi. J’avoue que ce dernier “détail” m’a refroidi…. Je lui ai dit et elle a très bien compris mon “souci”.

Quelques jours ont passé, mais cette idée tournait toujours dans ma tête. J’étais sûre, ce ne serait pas pour moi, en tout cas pas maintenant.

Mais je continuais de recevoir les mails ou elle promouvait son cours, en précisant qu’il restait quelques places, que le cours commençait le lundi suivant… Et là, sur un coup de tête, j’ai signé, je me suis inscrite. Je n’ai pas réfléchi aux 5 semaines de travail à fournir avec le groupe, ni comment ça s’organisait exactement, j’ai plongé. Et je n’ai rien dit à personne, un peu honteuse d’avoir dépensé cet argent dans un cours de style…

Le we avant ce lundi, nous avons reçu un livret hyper complet expliquant le fonctionnement du cours et le contenu de la première semaine.
Stasia met en place un groupe privé (ou deux) par session, où une trentaine de femmes de tous âges et toutes tailles viennent échanger quotidiennement pendant la durée de ce cours. Elles étaient toutes américaines et australiennes. Notre effigie était Frida Khalo. Nous étions des Sisters (Sœurs).
Nous avons sortis nos télécommandes de téléphone/appareil photo, nos pieds photos ou nos perches à selfies, et trouvé les meilleurs lieux pour prendre notre première photo. Notre première publication devait être notre tenue préférée et surtout de dire comment nous nous sentions dans cette tenue.

Cette question du sentiment sur nous-même a été au coeur de ce cours. Sachez d’ailleurs avec raison que “confortable” n’est pas un sentiment 😉 allez chercher plus loin !! (si vous cherchez une liste pour vous aider à poser des mots sur vos émotions et sentiments, découvrez ce génial podcast en français qui porte parfaitement son nom et pourra vous aider dans la continuité du travail dont je parle ici. En s’inscrivant à la newsletter, on reçoit un livret qui contient une superbe liste de mots à mettre sur nos sentiments : Change ma vie) D’ailleurs si un vêtement n’est pas confortable, il ne devrait pas être dans notre garde-robe !

Donc la première semaine, hormis des exercices à faire de notre côté, nous avions chaque jour une chanson et son clip pour nous inspirer et nous habiller le matin. (Nous avions la liste dès le dimanche). Le premier jour je me suis faite avoir, alors dès le lendemain, j’ai passé une demie-heure la veille à préparer ma tenue.
Nous devions nous dépasser, nous habiller avec ce qui était dans notre penderie mais choisir une combinaison jamais portée avant !

Dès le lundi midi, Stasia proposait une vidéo en direct où elle parlait de son cours, de ce qu’elle nous proposait, des conseils pour mieux faire les exercices… Dans ces exercices de première semaine, nous devions écrire notre histoire de l’habillement, demander à nos proches et moins proches des mots pour nous définir, réfléchir à ceux que nous aimerions pour nous définir, et de tout ça définir nos mots totems, nos mots forts. Ces mots devaient être des sentiments.
Pour la plupart d’entre nous, ces mots ont évolué jusqu’à la fin du cours et continuent de le faire. A l’issue du cours, ils sont nos guides, nos mantras.
Cette première semaine, Stasia nous expliquait aussi un concept qu’elle a appelé “Jiblets” : Ce sont toutes ces pensées négatives sur notre corps ou nos vêtements “cette tenue te grossit”, “on voit tes grosses cuisses”, “ça te vieillit”…. Elle nous a expliqué que finalement ce n’était que des pensées et qu’avec toutes les informations que nous allions collecter pendant ce cours et les retours, le regard de nos “Sisters” et le notre sur nos photos, ça nous aiderait à savoir quand ces pensées ne sont que des pensées. (je radote, mais je ne peux que vous conseiller d’écouter le podcast Change ma vie et particulièrement cet épisode si vous avez 15mn et que vous êtes près à faire changer votre vie 🙂).

La seconde semaine nous avons travaillé à mettre en avant une partie de notre corps dont nous étions fières !
Ce fut l’occasion de pendre nos mesures et d’avoir le courage de nous montrer en petite tenue ou en tenue la plus moulante possible pour que Stasia nous aide à définir la forme de notre corps. En utilisant un vocabulaire tiré de la géométrie elle a pu nous conseiller pour équilibrer notre corps en choisissant les vêtements et formes de  vêtements adéquats. Elle a aussi insisté sur le fait que nous n’avions pas une partie plus grosse qu’une autre ou qu’il ne fallait pas utiliser des adjectif qualifiant mais être le plus factuel possible.
Elle a également été claire sur plusieurs chose : apprendre à dire merci.
Si l’une de nos soeurs nous faisait un compliment, il fallait dire merci et apprécier, ne pas dénigrer.
Ne pas se dévaloriser et aller chercher le positif, toujours. Embellir notre corps, en tirer le meilleur profit et apprendre à l’aimer, en prendre soin pour ce qu’il est. Statia parle aussi énormément du fait que l’on doit se faire confiance, que l’on se doit d’être bienveillant avec nous même, que l’on doit, chaque jour, continuellement entraîner ce muscle qui est notre cerveau à nous regarder et accepter notre corps, celui qui est chaque jour avec nous. C’est un travail énorme mais tellement important pour nous comme nos filles et nos fils !!!!

Pendant 5 semaines nous avons utilisé le vocabulaire de la géométrie pour parler de notre corps, nous avons proposé des options, fait des challenges pour que les unes et les autres expérimentions d’autres options de tenues, utilisions d’autres accessoires… Pendant 5 semaines nous avons regardé nos corps avec attention et bienveillance. Et ça, c’est juste magique. J’ai appris à vraiment me regarder dans une glace, à apprécier ce que je voyais et à essayer des expériences, encore et encore.

Très vite après la première semaine, j’ai pu sentir un déclenchement.
Chacune est allée à son rythme, chacune a choisi d’y mettre l’investissement qu’elle avait envie de donner.
Pour ma part, j’ai tout donné. J’ai mis en pause plusieurs choses du quotidien pour m’y consacrer à fond. J’ai ressenti une énorme fatigue les trois dernières semaines. Mais j’ai été heureuse de tout donner.
J’avais investit cet argent et au début, je voulais en avoir le maximum, mais ensuite je n’y ai plus pensé, j’ai juste voulu en tirer le maximum pour moi même. J’ai manqué 2 ou 3 jours seulement sans poster une photo de moi sur le groupe pendant ces 5 semaines. J’ai donc du trouver du sens à ma tenue, différente chaque jours, la regarder, me regarder dans la glace, me prendre en photo et en discuter avec mes Sisters, toutes toujours plus encourageantes chaque jour. Et ce pendant 5 semaines !
Être ensembles, nous soutenir, partager, ce fût un des énormes point fort de ce temps. Nous l’avons toutes noté en fin de session.

J’avais déjà fait du chemin, mais j’ai vraiment appris à aimer mon corps, à m’aimer. Je me suis offert de la force, je me suis trouvée forte. Forte de ce corps que chaque jour j’ai paré, ce corps avec lequel je partage cette vie chaque jour depuis plus de 35 ans. Ce corps qui vit tout au même rythme que mon âme, qui me porte, qui me donne des sensations, mon plus fidèle ami 😉 (bon, je vais être honnête, comme le dit Stasia, c’est un boulot du quotidien, ça ne s’arrête jamais.

Stasia parle du fait que ce cours nous permet l’harmonie entre notre être intérieur et notre être extérieur (inside-out congruancy). Chaque jour nous avons pu éxprimer par nos tenues, notre corps paré, ce que nous ressentions. Parfois une tenue entraînait un sentiment que nous ne voulions/souhaitions pas accepter, ou plus simplement qui ne correspondait pas à ce que nous ressentions au dedans. Parfois une tenue nous poussait dans nos retranchements, si elle exprimait trop bien ce que nous sentions, nous pouvions nous sentir trop nue face aux autres, et c’est là que nous avons du travailler. Il a fallu se regarder dans la glace et essayer encore et encore un haut rentré dans une jupe ou un jean, accepter une taille, un décolleté, le brillant d’un collier, l’attrait d’un rouge, et se rendre compte le soir que parfoit il fallait juste s’y habituer. Nous avons toutes pu nous rendre compte que finalement personne n’allait se retourner sur nous et nous pointer du doigts car nous nous étions mises en lumière, et que finalement c’était agréable ce rouge à lèvre, que cette veste courte nous rendait bien belle en marquant notre taille, que ces bottes rouges étaient juste parfaites pour refléter notre sentiment de créative…. On fait travailler nos muscles du cerveau à sortir encore et encore de nos zones de confort et à apprendre à les apprécier, à arrêter de se cacher dans nos vêtements.

La troisième semaine nous avons travaillé les couleurs et la quatrième les accessoires. La cinquième était la semaine challenge de vider nos placards à la lumière de tout l’enseignement reçu pendant ce cours.
Dès la première semaine Stasia nous a sorti son arme magique, les vêtements de seconde main ! Elle nous a engagé à aller avec 20€ faire les boutiques de fripes pour essayer, tester, quitte à se tromper pour une somme modique ! Nous avons donc expérimenté les séances photos dans les cabines d’essayage, les trésors de fripes, les mauvaises trouvailles et surtout tous les conseils et le soutien avisé de nos soeurs !

Au fil de ces apprentissages, de cette découverte de nous-même, Stasia a de multiple fois précisé que toute règle est faite pour être brisée, et que la meilleur tenue qui soit est celle dans laquelle on se sent le plus proche de ce que l’on est. Qui si l’on se sent forte, courageuse, authentique… on se fiche que cette robe ne respecte pas la ‘bonne’ forme suivant celle de notre corps, que cette couleur ne soit pas celle de notre palette… que finalement, l’idée est de se trouver ! et d’être nous-même !

Ce chemin a été fort pour moi.
Je partais avec des envies de conseils de vêtements, que j’ai trouvé, mais j’ai surtout trouvé de la force, du pouvoir, de l’authenticité. J’ai pu regarder comment j’en suis arrivée à ce rapport avec mon corps, ou en tout cas avec une bonne idée. J’ai pu me dire que peut-être un jour je perdrai mon ventre,  mais qu’en attendant il est là, et que le cacher ne fera que le mettre plus en valeur. Alors j’ai pris confiance et j’ai assumé par mes vêtements ce que je suis, comment je me sens, forte, authentique, créative, formidable (badass) et sexy ! Et chaque jour je continue à me regarder, à essayer et à me demander comment je me sens 🙂
Mon sac à fleurs

Mon sac à fleurs

Quand j’ai découvert cette collection de tissus, les fleurs, chez Rifle Paper co., j’ai adoré tous leurs tissus à fleurs.
La viscose m’a beaucoup tenté, mais le bleu n’est pas ma couleur et le rouge me tentait moins, et pour le prix, il en aurait fallu un certain métrage.
Finalement c’est ce “canvas” au fond neutre, qui a eu ma préférence. Sans trop savoir qu’en faire, j’ai commandé.

Et puis au début de l’hiver j’ai découvert les patrons d’Anna Graham, aka Noodle Head et particulièrement son Gingham Tote.
Je n’ai pu me retirer ce sac de l’esprit pendant plusieurs mois. Sauf que le patron fait partie de son livre et que les autres patrons ne m’intéressaient pas…
A force de recherches j’ai finalement acheté son livre 😉

Et j’ai planché sur mon petit projet, car j’adorais la forme, les accessoires de ce sac et même les poches, mais avec mon tissu, il fallait ruser.
Alors je me suis inspirée d’un autre sac de Noodle Head, son Wool + Wax Tote.

Les deux poches devant, ce fut une évidence, pour avoir toujours mon portable à portée de main, c’était parfait.
J’en ai ajouté deux identiques à l’intérieur sur le pan opposé pour équilibrer le sac.

Il m’a fallu choisir la couleur du fond que je souhaitais en cuir. Le bleu aurait été parfait, mais ce n’était pas ma couleur.
Je n’ai pas trouvé le jaune d’or du tissu, et puis ça aurait été trop fragile.
Alors j’ai choisi ce vert forêt, ma couleur du moment, et assez sombre pour accuser le quotidien d’un sac de jeune maman 😉

Les anses, c’est ce qui m’a séduit dans ce modèle et elles sont juste parfaites, je les utilise chaque jour.
Pour la bandoulière, il faut que je couse les deux épaisseurs pour éviter de la remettre en place à chaque fois que j’ai besoin.
Et je me demande encore si une bague de réglage est nécessaire quand on a déjà les anses en plus… j’hésite à la supprimer en réunissant les deux épaisseurs.

Chaque partie du sac est doublée au thermocollant.
J’avais peur d’une certaine rigidité, mais finalement c’est juste parfait pour qu’il tienne debout et se tienne 🙂

Et le petit détail déjà repéré sur d’autres créations avec cette collection de tissus et d’autres tissus avec une belle bordure, j’ai donc créé un cordon à clé bien pratique, je l’adore !!

Bref ce sac a la taille idéale pour moi, les détails qu’il me faut, après plus de 3 mois d’utilisation quotidienne, j’en suis ravie !
Et les compliments qu’il m’offre me font bien plaisir à chaque fois !!

———-

Patron : Gingham Tote de Noodle Head dans son livre Handmade Style
Modifications : ajout d’un fond de tissus différent, de deux poches exterieures différentes du modèle original
Tissus : Canvas Rosa, Collection les fleurs, Riffle Paper co.